Les Bitcoin, grande innovation en collecte de fonds ?

Memisa a choisi d’accepter, dès février 2019, les dons en crypto-monnaies telles que le Bitcoin.
L'ONG a choisi de travailler avec la plateforme belge Bit4You, cette plateforme dispose d’un système qui rejette automatiquement les Bitcoins issus d’activités illégales. Bit4You se dit enthousiaste d’accueillir Memisa comme première ONG : « Bit4you est fière de pouvoir donner à Memisa la possibilité d’accepter des dons en Bitcoin, Ether et Litecoin. Il s’agit d’une grande innovation dans la collecte de fonds qui donne aux ONG l’occasion d’atteindre un nouveau public. », Marc Toledo, Directeur général Bit4You.
Pour Frank De Paepe, directeur général de Memisa, « Accepter les Bitcoin, c'est aussi ouvrir la porte à des innovations majeures au sein de nos projets via la technologie des " contrats intelligents " ou envoyer rapidement de grosses sommes d'argent partout dans le monde en cas de besoin. Nous sommes très enthousiastes quant aux possibilités que le Bitcoin peut offrir à une ONG dans la coopération au développement. Il s'agit d'une technologie novatrice qui, à notre avis, ne devrait pas être négligée ou ignorée. »
(source: MEMISA: 'Memisa est la première ONG belge à accepter les dons en Bitcoin')

Le blockchain renforcera-t-il l'autonomie des donateurs ?

Comme indiqué sur la plateforme Helperbit (Disaster Management Platform), le transfert de dons au travers de crypto monnaies met le donateur à l'abri du système actuel dans lequel le coût de divers intermédiaires réduit le montant de la contribution perçue par le bénéficiaire final (visuel Helperbit ci-contre).
Le recours à une crypto-monnaie permet de court-circuiter ce réseau d'intervenants, dès lors qu'un algorithme aura automatiquement vérifié qu'une série pré-définies de conditions ont respectées.
La technique 'block-chain' permet ainsi de sécuriser le transfert de la contribution du donateur sans plus devoir recourir à de coûteuses procédures de contrôle administratif.
D'aucuns prédisent que la technique blockchain incitera à l'avenir un nombre croissant de donateurs à soutenir directement, ainsi que de manière transparente et sécurisée, divers bénéficiaires finaux sans plus devoir faire transiter leur don au travers d'une ONG.
La technique blockchain renforcera-t-elle l'autonomie d'une minorité de donateurs qui préfèrent soutenir directement les bénéficiaires de leur générosité, sans devoir transiter par l'intermédiaire d'une organisation caritative ?

Le recours aux bitcoins dans le cadre de collectes de dons a fait l'objet de diverses annonces et commentaires, tel que:

prochainesformations2  auditexpress2 newsletter2