2017-2019: stabilisation de la générosité publique

14/12/2020 - Le Baromètre de la Générosité publique, édité chaque année à l’initiative du Fundraisers Forum, rend compte de l’évolution des dons et des legs.
La septième édition de ce Baromètre, qui analysera l'évolution 2018-2019, sera disponible en début d'année 2021.
L'évolution de la générosité des Belges depuis le début de la crise sanitaire s'inscrit dans le contexte d'une période précédente (années 2017-2019) marquée par une stabilisation des dons et un tassement des legs (lien).

2020: dons en croissance, mais inégalement répartis ?

 Covid 19 Belgium logoLe bilan définitif de la générosité des Belges durant cette année Covid-19 ne sera connu avec précision que dans quelques mois.
Cette générosité parait toutefois s'être dans l'ensemble clairement renforcée depuis le début de la crise sanitaire, du moins concernant les dons.
Elle ne suffira toutefois pas à compenser la diminution des recettes de nombreuses organisations qui ont du réduire diverses activités génératrices de ressources.
Un sondage IPSOS réalisé à l'initiative de la Fondation Roi Baudouin indiquait ainsi que 49% des structures du secteur non-marchand sont confrontées à une réduction significative de leurs revenus, alors qu'elles enregistrent moins souvent une diminution des dons. 

Si le bilan global de la collecte de fonds 2020 devrait s’avérer positif, la crise sanitaire a cependant fortement impacté différentes méthodes de levée de fonds: événements de collecte, fundraising digital, collecte de rue (street fundraising), telemarketing, courriers d'appel aux dons.
La plupart des grands acteurs de la collecte ont réussi à mobiliser la générosité de leurs sympathisants, au contraire de nombreuses petites structures victimes de l'annulation de leurs événements de collecte. 

Evénements de collecte

De nombreux événements de collecte, du modeste souper-spaghetti jusqu’aux galas de prestige en passant par les 20 kms de Bruxelles et d’autres défis sportifs solidaires, ont été annulés depuis le mois de mars,
Il est toutefois encourageant de constater que plusieurs campagnes, menées notamment durant la période estivale, ont été couronnées de succès. Citons à titre d'exemples les '101 Tables pour la vie' (Amis de l'Institut Bordet), le Refugee Walk (Vluchtelingenwerk Vlaanderen), la campagne de Natagora en faveur de la réserve de Grand Rieu ainsi que l'édition 2020 de Cap 48.

La plupart des actions nationales planifiées entre mars 2020 et le printemps 2021 sont néanmoins confrontées à une baisse significative de leurs recettes. Citons, parmi les principales organisations concernées: la Croix-Rouge de Belgique, 11.11.11, le Télévie, Amnesty International, les Iles de Paix, l'Action Damien, les collectes annuelles d'Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble dans les églises, les associations qui mobilisent leurs donateurs dans le cadre des '20 kms de Bruxelles' et bien d'autres événements sportifs solidaires.

Les petites organisations de proximité sont souvent davantage impactées par l’annulation des événements ou ventes ‘au profit de’ organisés par leurs bénévoles, qui représentent une part importante de leurs recettes annuelles.
Dans le Nord du pays initiatives de taille modeste font également face, à partir de cette année, à la suppression définitive du volet 'fundraising' de la campagne annuelle 'De Warmste Week'. Cette opération leur avait assuré une recette globale de 17,5 millions d'euro en 2019.

Au total l'impact de la crise sanitaire sur l'interruption de ces campagnes de levée de fonds s’élèvera dès lors à bien plus que dix millions d’euros, selon une estimation prudente du Fundraisers Forum. 

Collecte de fonds digitale

La Covid 19 a accéléré le lancement de nombreuses nouvelles applications de collecte de fonds digitale, notamment à l'initiative de la société Koalect, start-up belge spécialisée dans le domaine du fundraising digital.
Ces plateformes en ligne ont par exemple permis en période de confinement de relier virtuellement des sympathisants qui se mobilisaient au même moment sur des micro-projets de collecte de fonds qu’ils organisaient localement.

Les solutions digitales constituent un formidable outil de mobilisation  du public, mais les résultats en termes de levée de fond s’avèrent souvent modestes. La campagne Clap And Act a permis de collecter plus de 3 millions d'euro, alors que l'opération Cheer for Champions, qui bénéficiait du soutien logistique de neuf entreprises du secteur marketing, n'a recueilli que 65.000 €.

Collecte de rue

Les équipes de recruteurs qui s’appliquent à mobiliser de nouveaux adhérents sur la voie publique ou en porte-à-porte contribuent d’année en année à mobiliser une nouvelle génération de donateurs, souvent plus jeunes.
Cette année les deux périodes de confinement n’ont permis aux équipes de street-fundraisers de ne travailler que sept mois sur douze.
Elles ont toutefois rencontré dès la mi-juin un public particulièrement réceptif, souvent ouvert à l’idée de soutenir un projet de solidarité.
Les deux périodes de suspension des opérations de collecte de rue causeront une forte réduction du recrutement de nouveaux donateurs.

Telemarketing

Plusieurs grandes organisations caritatives ont adapté dès la mi-mars leurs canaux de communication aux impératifs du confinement, privilégiant notamment le renforcement de leurs campagnes de contact téléphonique. 
Cette méthode de dialogue direct fut appréciée par nombre de donateurs, peut-être parce que nombre d'entre eux se trouvaient fort isolés du fait du confinement. 
Le financement de divers programmes de soutien aux victimes du Covid-19 s’en trouva renforcé.

Courriers d'appel aux dons

Les contributions suscitées par les courriers d’appel aux dons constituent depuis de nombreuses années le principal apport en matière de dons.
Les sollicitations adressées par diverses organisations directement impliquées dans des programmes d'assistance Covid ont bénéficié d'une augmentation des dons de 20% ou davantage, du moins dans le premier semestre de l’année.
Les organisations mobilisées sur diverses causes moins directement concernées par la pandémie ont dans leur majorité bénéficié d’un soutien financier stable, voire renforcé.

Etablissements hospitaliers

L’exceptionnel mouvement de sympathie vis-à-vis des professionnels du secteur hospitalier a suscité une vingtaine d'initiatives en matière de collecte de fonds.
Les établissements hospitaliers, tels les hôpitaux Saint-Pierre ainsi que Saint-Luc à Bruxelles, qui disposaient de solides compétences internes en fundraising, bénéficièrent de nombreuses contributions.
D’autres campagnes n’ont guère réussi à atteindre un public pourtant potentiellement réceptif, surtout au début de la crise. 

Réduction d’impôt de 60%

Une réduction d’impôt de 60% est provisoirement accordée jusqu’au 31 décembre 2020 pour les dons effectués à des institutions agréées.
Cette faveur pourrait être à l’origine de l’augmentation de 5% du don moyen que certaines organisations ont observé au cours des derniers mois.
Puisse cette réduction d’impôt inciter de nombreux donateurs à envisager un dernier geste solidaire d’ici à fin décembre.

Comparaisons internationales

Une récente enquête transnationale réalisée à l'initiative de l'EFA (European Fundraisers Association) fait état d'évolutions pour partie divergentes concernant différents grands pays européens.
Le rapport constate qu'un peu partout les petites associations sont plus souvent confrontées à une diminution des dons.
L'évolution globale de la générosité publique, qui est davantage influencée par les contributions versées aux grands acteurs de la collecte, varie selon les pays. L'enquête européenne constate une stabilisation aux Pays-Bas, une hausse en France et en Allemagne, et diminution en Italie ainsi qu'en Allemagne et au Royaume-Uni. 
-> Lire: 'The impact of COVID 19 on non-profits in Europe'

______________________________
Menus
- Actu belge: tous les articles
- Actu internationale: tous les articles
Next webinars
- Webinar FR 'Collecte de fonds: les Fondamentaux' - Jeudi 20 mai (9:30-16:00) (lien)
- Webinar FR/NL 'Legacy marketing' (jeudi/donderdag 24/06/2021 14:00-16:00): quatre sujets / vier onderwerpen
  -> programme (version FR): lien
  -> programma (NL-versie): link

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2