Quatre alertes aux famines:
une crise sans précédent

16 mars 2017 - Différents médias se sont fait l’écho, ces derniers jours, de la situation humanitaire dramatique qui sévit dans plusieurs régions situées au Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yemen.

 

"Les Nations unies ont besoin de 4,4 milliards de dollars de financements d'urgence pour faire face à des situations de famine au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, selon le secrétaire général Antonio Guterres.
Plus de 20 millions de personnes sont dans des situations catastrophiques dans ces quatre pays et des actions sont nécessaires rapidement pour éviter des désastres humanitaires, a souligné mercredi M. Guterres lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.
'Nous avons besoin de 4,4 milliards de dollars d'ici fin mars pour éviter une catastrophe', a-t-il dit.
Les Nations unies ont levé jusqu'à présent seulement 90 millions de dollars.
Le Soudan du Sud a déclaré lundi l'état de famine dans plusieurs zones du pays et certaines régions reculées dans le nord-est du Nigeria sont dans une situation très difficile depuis la fin d'année dernière.
La déclaration de ces quatre alertes aux famines au même moment est sans précédent au cours de ces dernières décennies."
(source : La Voix du Nord, 22/2/2017)

Mobilisation de plusieurs plateformes nationales d'ONG

Une dizaine de pays industrialisés disposent d’un réseau national d’ONG compétentes en matière de secours d’urgence, qui réunit diverses organisations soucieuses de mobiliser ensemble, et dès lors plus efficacement, la générosité publique lors de drames humanitaires majeurs.

Toutes sont membres de l’Emergency Appeals Alliance, dont un récent communiqué commun rappelle la nécessité d’un plan d’assistance massif en faveur des populations des quatre pays sus-mentionnés.

Néerlandais et britanniques, généreux dès le lancement de la campagne

Plusieurs plateformes ont très rapidement activé une campagne d’appels aux dons au travers des principaux médias de leur pays.
En date du 24 avril 2017, la Stichting Samenwerkende Hulporganisaties (Pays-Bas) avait recueilli 32,8 millions d’euros.
Le Disaster Emergency Committee (Royaume-Uni) a lancé sa campagne le 15 mars, après s'être assuré du soutien des principales chaines télévisées du pays.
Dès le lendemain, le compteur de la campagne britannique affichait 7 millions de £, résultat de la générosité des particuliers et entreprises.
Le gouvernement britannique s'était engagé à doubler les premiers 5 millions de £.
Le total affiché par les organisateurs s'élevait en date du 24 avril à 55 millions de £.

De précédentes opérations ont démontré qu'une campagne collective d'appel à la générosité produit davantage de résultats si les médias ont eux-mêmes déjà sensibilisé le public au travers d'une succession de reportages.
Ainsi, même si elle est durable et dramatique, une famine 'silencieuse' qui ne figure pas quotidiennement à la Une des chaines télévisées suscitera probablement moins de dons qu'un tremblement de terre moins meurtrier dont les images spectaculaires ont été diffusées de manière répétitive par différents médias.

Famine 12-12, campagne du Consortium belge

Le Consortium 12-12 a officialisé le lancement de la campagne 'Famine 12-12' dès le 14 mars.
L'opération a permis de collecter plus de 21 millions d'euros (25/06/2017), tenant compte des contributions importantes émanant du gouvernement fédéral et d'autres instances publiques.
La plateforme belge regroupe Caritas International, Handicap International, Médecins du monde, Oxfam Solidarité, Plan Belgique et UNICEF Belgique.
Certaines de ces ONG disposent d'équipes d'intervention qui opèrent depuis le siège social belge, tandis que d'autres - tel UNICEF et Plan Belgique - contribuent au financement d'opérations humanitaires qui sont coordonnées par leur siège international.

La Croix-Rouge de Belgique francophone, Rode Kruis Vlaanderen et Médecins sans frontières figuraient parmi les organisations fondatrices du Consortium 12-12. Ces organisations n'en font plus partie depuis de nombreuses années, soit par souci d'indépendance soit du fait de divergences de vue qui n'ont pu être surmontées à ce jour.

Plusieurs ONG belges mobilisent par ailleurs directement leurs propres donateurs, ou font appel à la générosité du public au travers d'annonces dans les médias.

-> Pour plus d'infos concernant les suites de la campagne 'Famine 12-12', lire Joël De Ceulaer (De Morgen): “Slachtoffers zijn uit de mode”

-> Autres acticles de ce site archivés sous Archives 2013-2016 - Appels d'urgence (Belgique)

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2