Un vent nouveau souffle du côté des fondations

Février 2017 - Le Réseau belge des Fondations, qui compte 80 adhérents, opère depuis peu sous un nouveau nom: 'Fédération belge des fondations philanthropiques', en abrégé ‘Les Fondations.BeStichtingen.Be’.
Le Conseil d'Administration s'est doté d'un nouveau Président. Les missions de la plateforme ont été redéfinies, et un nouveau site Internet sera prochainement inauguré.

Cette cure de jouvence institutionnelle s'opère au moment où un nouveau rapport, réalisé à l'initiative du Centre d'Economie Sociale de l'Université de Liège, permet de cerner avec plus de précision le monde des fondations établies sur le territoire belge.
De nombreux membres de Fondations.be s'étaient donc donnés rendez-vous, le 18 février dernier, à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, à l'occasion de la présentation du Rapport 2017 ‘Les Fondations en Belgique’.
L'étude a pour auteures Virginie Xhauflair, chargée de cours à HEC Liège, et Amélie Mernier, doctorante en sciences de gestion HEC Liège.
Les résultats sont issus d'une enquête à laquelle 20% des fondations sollicitées ont accepté de participer.

Nous en résumons ci-dessous quelques enseignements susceptibles d'intéresser les fundraisers désireux de mieux cerner le potentiel de soutien (financier, expertise, etc) du secteur des fondations.

Chiffres-clés

La Belgique compte 1.751 Fondations.
Les Fondations d’utilité publique (FUP) connaissent une croissance nettement moins élevée que les Fondations privées (FP), actuellement au nombre de 1.178, qui sont de création plus récente.

L’étude distingue sept catégories de fondations, et en précise le nombre pour l'année 2015:
Fondations d’utilité publique (FUP) (573)
Fondations privées (FP) (1.178):
- Fondations privées avec mission d’intérêt général (761)
- Fondations privées: certification de titres de société (135)
- Fondations privées: conservation de patrimoine à des fins privées (150)
- Fondations privées: personne vulnérable (73)
- Fondations privées: autres (59)

L’enquête s’est intéressée aux Fondations explicitement établies dans une perspective d’utilité publique ou d’intérêt général, c'est-à-dire aux 573 FUP ainsi qu'à la première catégorie des fondations privées (FP). 
Ces 1.334 structures intéressent bien évidemment les nombreuses associations désireuses d'identifier en priorité les fondations susceptibles de leur proposer un soutien financier, une aide logistique ou du mécénat de compétences.

 

L’étude a permis d'établir que les fondations qui poursuivent une mission d’intérêt général comprennent

  • 32% de fondations opératrices, qui opèrent exclusivement leurs propres programmes
  • 23% de fondations de financement: soutien financier en faveur de tierces parties, dont probablement nombre d’asbl
  • 40% de fondations mixtes, à la fois opératrices de leurs propres programmes et redistributrices de fonds ou d'autres formes de soutien en faveur de tierces parties.

Les deux dernières catégories concerneraient donc environ 840 structures qui mettent en oeuvre leur mission d'intérêt général notamment au travers de projets réalisés par des tierces parties.


Soutien financier et non-financier

L’étude propose une estimation des différents types de soutien financier apportés aux tierces parties:

  • dons uniquement (70%)
  • dons et nouveaux outils de financement (23%)
  • nouveaux outils de financement uniquement (7%).

La moitié des fondations qui ont une activité de financement proposent par ailleurs diverses offres de soutien non-financier (tableau ci-joint).

Le rapport détaille par ailleurs les principaux domaines d'intervention des fondations: secteur social, culture, patrimoine, etc.

 

Mécénat au profit de projets gérés par des tierces parties

Les 524 fonds hébergés au sein de la Fondation Roi Baudouin (fonds nominatifs, fonds spécifiques, fonds d’entreprises) n’ont pas été repris dans l’échantillon analysé dans le cadre de la présente étude.
Quelque 2.275 fonds ou fondations philanthropiques sont engagées dans des missions d’intérêt général, si on prend en compte les institutions identifiées au départ de l'étude HEC / Université de Liège de même que les fonds hébergés au sein de la Fondation Roi Baudouin.

Parmi celles-ci, le total des structures qui soutiennent des projets d'intérêt général au travers de tierces parties - telles que diverses asbl -  est bien évidemment inférieur: il comprend d'une part les 840 fondations identifiées dans la présente étude, d'autre part un pourcentage inconnu des 524 fonds hébergés par la Fondation Roi Baudouin.

On sait que nombre d'associations regrettent de ne pas disposer, en dehors du site BonnesCauses.be, d’une base de données exhaustive des fonds et fondations disposés à soutenir une tierce partie dans le cadre de leurs projets d'intérêt général.
Certaines de ces fondations sont membres du réseau LesFondations.Be.  
Il serait heureux que cette plateforme encourage ces membres à publier un minimum d'informations concernant leurs domaines d'intervention et leurs critères d'aide en faveur de projets susceptibles d'être réalisés par des tierces parties.

 

Pour plus d'infos
Le rapport 2017 'Les Fondations en Belgique' - 'De Stichtingen in België' est disponible en téléchargement sur le site de l'Université de Liège:

  • version française (lien)
  • Nederlandstalige versie (link)

-> Autre article concernant une étude comparable réalisée par la cellule 'Philanthropy & Social Investment' de l'Université de Liège: 'Cartographie des fondations d'intérêt général'

 

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2