Norwegian Control Committee for Fundraising: témoignage

Norwegian Control Committee for Fundraising logo22/12/2019 - Fondée en 1991, le Norwegian Control Committee for Fundraising est la principale instance indépendante d’auto-régulation du secteur.
La Norvège compte huit millions d'habitants, soit un total de population presque comparable à la Belgique.
D'où l'intérêt d'une comparaison entre le fonctionnement des plateformes d'auto-régulation belge et norvégienne.
Per Kristian Haugen, coordinateur de la plateforme norvégienne, a accepté de nous dresser un état des lieux des enjeux auxquels son organisation se trouve confrontée en matière d'éthique et de transparence de la levée de fonds.

Faible contrôle étatique
La Norvège compte huit millions d'habitants.
Le système public de régulation du marché de la collecte mis en place par les autorités norvégiennes ne semble pas particulièrement exigeant.
Ainsi les modalités officielles d’agrément se basent-elles assez curieusement sur des questions essentiellement administratives (nombre de donateurs, activités sur l’ensemble du territoire) plutôt que par exemple sur des exigences en matière de transparence financière.

Auto-régulation du secteur
Le Norwegian Control Committee for Fundraising est financé par ses 175 organisations membres, au départ d'une cotisation annuelle qui varie de 2.000 € à 4.000 €.
Il attribue un label de qualité à ses membres, qui est conditionné par divers contrôles concernant la transparence des comptes - que les associations sont tenues de publier sur leur site - et le respect de diverses règles éthiques.
Des investigations sont menées notamment suite à des plaintes de donateurs.
Ces litiges, peu nombreux, portent le plus souvent sur des déficiences mineures que les associations acceptent de corriger.

La plateforme offre par ailleurs diverses opportunités de formation à ses membres, par exemple en matière de comptabilité ou de mise en conformité par rapport à la réglementation RGPD.

On précisera cependant qu'en Norvège comme en France le secteur de la collecte dispose de deux plateformes nationales distinctes, centrés
- sur l'éthique et la transparence (Norwegian Control Committee for Fundraising), équivalent de 'Donner en Confiance'
- sur une mission sectorielle plus générale (Norwegian Fundraising Association), équivalent de 'France Générosités'.  

Liste des organisations peu recommandables (OBS-Liste)
Contrairement à la plupart des plateformes nationales d'auto-régulation membres du réseau international ICFO, le Norwegian Control Committee for Fundraising publie également une liste d'organisations pour lesquelles les investigations menées donnent à penser qu'elles sont manifestement en défaut de transparence.

Norwegian Committee OBS Liste

Ce registre (OBS-Liste) a été maintenu malgré d'occasionnelles menaces de poursuites judicaires.
Il semble apprécié par ses utilisateurs, tant particuliers qu'institutions diverses.
Cette initiative audacieuse confirme le caractère notoirement indépendant du Norwegian Control Committee, et a contribué à renforcer sa crédibilité et sa notoriété au niveau des médias et du grand public.

Peu d'abus
Le secteur de la collecte est peu confronté aux pratiques commerciales intrusives de certaines agences de fundraising, au contraire de ce que certains médias dénoncent parfois dans d'autres pays européens.
En réalité la Norvège, petit pays, ne compte pratiquement pas d'agences commerciales de fundraising.
Les campagnes de street fundraising y sont par exemple presqu'uniquement directement gérées par les associations bénéficiaires.K Celles-ci sont conscientes que ce choix leur garantit un processus de recrutement de donateurs de meilleure qualité, et à moindre coûts.

Douteuses campagnes de télévente
L'équipe du Norwegian Control Committee for Fundraising est par contre préoccupée par les fréquentes dérives causées par des campagnes de fundraising organisées au départ de coûteuses actions de télévente.
Si ces initiatives sont prétendument destinées à générer des recettes au profit de diverses organisations caritatives, plusieurs exemples donnent à penser que les causes bénéficiaires sont nettement moins avantagées que les call centers dont ces activités constituent le fond de commerce.
On s'interroge également quant au strict respect de la réglementation RGPD concernant les données personnelles des donateurs dès lors que ces call-centers recrutent eux-mêmes de nouveaux donateurs au profit de diverses associations.

Pour plus d'infos
Site du Norwegian Control Committee for Fundraising

Blogs1b Actu

-Blogs2b Fundraising Belgium-
Blogs2b Fundraising worldwide
Blogs3b Covid 19
Blogs5b Legacy B-
Blogs6b Legacy W-
Blogs7b Next workshops

-

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2